Anniversaire de Star Trek VI : Terre Inconnue

Le 6 décembre 1991 sortait sur les écrans américains Star Trek VI : Terre Inconnue réalisé par Nicholas Mayer.

Voici le synopsis :

2293, Praxis, une lune minière klingonne et centre stratégique, explose, mettant à mal les fondations de l'Empire Klingon. Le chancelier du Haut Conseil Klingon, Gorkon, choisit de normaliser les relations avec la Fédération des Planètes Unies et de mettre fin à une guerre larvée de soixante-dix ans.

M. Spock, le capitaine Kirk et l'équipage de l'U.S.S. Enterprise NCC-1701-A partent escorter le vaisseau de Gorkon à travers l'espace de la Fédération jusqu’à la Terre où il doit signer l'accord de paix. Au moment même de leur rencontre, et juste après un repas mémorable et difficile partagé par les deux délégations sur l'Enterprise, des torpilles à photon apparemment tirées du vaisseau de Kirk touchent le Kronos 1, le vaisseau amiral Klingon et le chancelier est abattu par un commando ayant abordé le vaisseau. Chang, général Klingon et chef d'état-major, accuse Kirk, qu'il fait envoyer en compagnie du docteur McCoy sur la prison de glace Rura Penthe. Spock ne dispose que de quelques jours pour sauver son ami et maintenir la paix menacée par une conspiration « anti-pacifiste » réunissant des officiers de la Fédération et des officiers Klingons.

Après l'assassinat de Gorkon, sa fille, Azetbur, devient chancelière et continue à œuvrer pour la paix. Mais, pour des raisons de sécurité, le lieu de la conférence est tenu secret. Toutefois, les deux parties ont sous-estimé l'ampleur de la conspiration dite « de Khitomer ». Finalement, les équipages de l'U.S.S. Enterprise et de l'U.S.S. Excelsior interviennent à temps pour dénoncer le complot et empêcher une tentative d'assassinat contre le président de la Fédération.


Star Trek VI, réalisé par Nicholas Meyer qui réalisa également Star Trek II, rapporta 96 888 996 de dollars de bénéfice et fut récompensé par un Saturn Awards dans la catégorie meilleur film de science-fiction.

Ce film clôture les aventures de l'équipage original de Star Trek, il met également un terme à l'opposition entre la Fédération et l'Empire Klingon. Dans ce sens, Star Trek VI est une métaphore de la fin de la Guerre Froide. En effet, l'explosion de Praxis fait écho à la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, l'Empire Klingon à bout de souffle suite à la courses aux armements avec la Fédération ressemble à l'URSS des années 80 comme la prison glacière de Rura Penthe au goulag.

Gene Roddenberry, le concepteur original de la série Star Trek, est mort trois jours après avoir visionné le film. Star Trek VI lui est dédié au tout début du générique d'entrée. Le film marque également la dernière apparition de DeForest Kelley, docteur McCoy, dans la fresque cinématographique avant son décès.

La peur du changement est ici un des thèmes principaux, comme le résume l'une des citations tirées d'Hamlet de William Shakespeare et qui ont le don d'agacer le docteur McCoy : « Le futur est une Terre inconnue », ici reprise par le chancelier Klingon, dont le rôle fondamental de négociateur et d'homme de paix s'inscrit parfaitement dans le cadre général de l'utopie « trekienne ».

Voici quelques répliques du film :

James T. Kirk : "Journal du capitaine, date stellaire 9522.6 : je n'ai jamais fait confiance aux Klingons, et je ne leur ferais jamais confiance. Je suis incapable de leur pardonner la mort de mon fils. Il me semble que notre mission d'escorter le Chancelier du Haut Conseil Klingon à un sommet de paix est au mieux problématique. Spock dit que c'est peut-être une occasion historique, et j'aimerais le croire. Mais comment diable l'Histoire peut-elle dépasser des gens comme moi ?"

Chancelier Gorkon : "Je lève mon verre à la terre inconnue : le futur."

Kirk : "Note aux cuisines, désormais la bière romulienne ne devrait plus être servie lors des repas diplomatiques..."

Kirk : "Vous voulez que je vous dise Spock, tout le monde est humain."
Spock : "Je trouve cette remarque... Offensante."

Spock : "Docteur, voulez-vous m’aider à opérer une torpille ?"
McCoy : "Fascinant !"
(Ndlr : Réplique savoureuse, pour une fois c'est le docteur McCoy qui répond fascinant alors qu'il s'agit d'une des répliques cultes de Spock dans la série.)

Commandant Nyota Uhura : "Capitaine, j'ai des ordres du Commandement de Starfleet. Nous devons rentrer au spatioport immédiatement pour que l'Enterprise y soit désarmé."
Longue pause pendant que Kirk médite sur cet ordre.
Spock : "Si j'étais humain, je crois que ma réponse serait "Allez au Diable." Il regarde Kirk. "Si j'étais humain."
Chekov : "Quel est notre cap, capitaine ?"
James T. Kirk : "La seconde étoile à droite, et puis tout droit jusqu'au matin."

James T. Kirk (Derniers mots du film) : "Journal du capitaine, date stellaire 9529.1 : C'est le dernier voyage du vaisseau Enterprise sous mon commandement. Ce vaisseau et son histoire seront bientôt placés entre les mains d'un autre équipage. À eux et à leur postérité nous confierons notre avenir. Ils continueront les voyages que nous avons commencés et exploreront tous ces mondes étranges, s'aventurant avec audace là où aucun homme, là où personne, n'est jamais allé."

Sources : Wikipédia et Memory-Alpha.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload