Anniversaire de Star Trek VIII : Premier Contact

 

Le 18 novembre 1996 sortait en avant-première sur les écrans américains Star Trek VIII : Premier Contact dont voici le synopsis :

Les Borgs sont des entités moitié organiques, moitié machines. Leur seul but est de conquérir et assimiler toutes les autres races dans le but de devenir des êtres parfaits.

En 2373, conduits par la Reine Borg, ils se dirigent vers la Terre pour changer le cours de l'histoire. Lors de sa dernière rencontre avec les Borgs en 2367, le capitaine Jean-Luc Picard a failli mourir : son être intime a subi l'équivalent d'un viol, puisqu'il a été assimilé par les Borgs et il a surtout été forcé de collaborer, par l'utilisation de sa voix de terrien, à la destruction de milliers de personnes lors de la bataille de Wolf-359. Heureusement, il a pu être sauvé in extremis par son équipage. Il est maintenant rongé par un désir profond de vengeance qu'il ne parvient pas à maîtriser. Le capitaine, son équipage et son nouveau vaisseau, l'U.S.S. Enterprise NCC-1701-E de classe Sovereign, retournent sur Terre pour combattre l'avancée des Borgs et les pourchassent à travers un passage temporel ouvert par les Borgs jursqu'à la date du 4 avril 2063, veille du Jour du Premier Contact, un jour fondamental pour l'Humanité, pour empêcher les plans des Borgs : assimiler la Terre en détruisant le Phoenix, premier vaisseau capable de voler grâce au principe de la distorsion. Mais entretemps, les Borgs prennent d'assaut l'Enterprise pour une lutte sans merci...

Le capitaine fera connaissance de Zefram Cochrane, l'inventeur terrien de cette distorsion et constructeur du Phoenix et de Lily Sloane son assistante. Grâce à d'habiles manœuvres, Picard et son équipage arrivent à rendre de nouveau possible le Premier Contact entre Humains et Vulcains, donnant toutes les chances à la Fédération de vaincre un jour les Borgs.


Le film, qui sort pour les 30 ans de le franchise, est réalisé par Jonathan Frakes, alias le commander William Riker. Pour un budget de 45 000 000 $, le film rapportera 146 101 262 $ ce qui en fait un beau succès commercial.
Le film remportera également plusieurs Saturrn Awards : meilleurs costumes pour Deborah Everton, meilleur acteur dans un second rôle pour Brent Spiner, meilleure actrice dans un second rôle pour Alice Krige.

Le film nous montre en particulier cette période méconnue et pourtant fondamentale pour la saga Star Trek : le premier contact avec les Vulcains. L'humanité sort à peine de la 3ème Guerre Mondiale et va découvrir qu'elle n'est pas seule dans l'univers, cette rencontre va permettre à la Terre de s'unifier, de débuter son exploration de la galaxie, d'établir des colonies à l'intérieur et au-delà du système solaire et surtout de mettre un terme à la pauvreté, la maladie et aux guerres. Tout ceci conduira un siècle plus tard à la création de la Fédération des Planètes Unies.
Ce qui est également intéressant avec ce film, c'est qu'il nous montre une facette plus sombre du personnage de Jean-Luc Picard, ivre de vengeance envers les Borgs.

Voici quelques répliques de ce film :

William Riker : "Nous avons achevé notre premier balayage senseur de la zone neutre."
Jean-Luc Picard : "Oh, fascinant. Vingt particules de poussière spatiale par mètre cube, 52 pics de radiation ultraviolet, et une comète de classe 2. Eh bien, voilà qui mérite hautement notre attention."
Riker : "Capitaine, pourquoi sommes-nous ici à chasser des comètes ?"
Picard : "Disons simplement que si Starfleet a une confiance pleine et entière dans l'Enterprise et son équipage, ils ont des doutes quant à son capitaine. Ils pensent qu'un homme qui a été capturé et assimilé par les Borgs ne dois jamais plus être en situation d’affrontement direct avec eux. Faire cela reviendrait à introduire un élément instable dans une situation déjà critique."
Riker : "C'est ridicule. Votre expérience des Borgs fait de vous l'homme idéal pour mener cette bataille."
Picard : "L'Amiral Hayes n'est pas du même avis."

Les Borgs : "Nous sommes les Borgs. Abaissez vos boucliers et rendez-vous sans conditions. Nous adapterons vos particularités biologiques et technologiques aux nôtres. Votre culture s'adaptera à nos besoins. Toute résistance est futile."

Zefram Cochrane : "Laissez-moi juste m'assurer que je vous suis bien, commander. Un groupe de créatures cybernétiques venues du futur sont remontées dans le temps pour asservir l'espèce humaine... et vous êtes ici pour les arrêter ?"
William Riker : "C'est exact."
Cochrane : "Bon Dieu ! Vous êtes un héros !"

Data : "Capitaine, je crois ressentir une certaine anxiété, de la peur même..."
Jean-Luc Picard : "Data, tout cela est très intéressant mais je pense qu'il faut désactiver votre puce d'émotivité."
Data : "C'est fait."
Picard : "Data, il y a des moments parfois où je vous envie..."

Lily Sloane : "Et comment vous les appelez ?"
Jean-Luc Picard : "Les Borgs."
Sloane : "Les Borgs ? Ça fait suédois !"

Jean-Luc Picard : "Il y a 6 ans, ils ont assimilé mon corps dans leur Collectif, j'avais leur équipement de robot implanté dans chaque partie de mon être. L'esprit de ruche se liait au mien. Toute trace d'individualité était effacée. J'étais devenu l'un d'eux. Donc vous imaginer ma chère que je dois avoir une assez bonne perception du Borg. J'ai choisi l'affrontement. À présent excusez-moi j'ai du travail à faire."
Lily Sloane : "J'ai vraiment rien dans la tête. C'est très simple, les Borgs vous ont fait souffrir alors vous leur rendez la pareille."
Picard : "Dans mon siècle, personne ne succombe plus à la vengeance. Nous avons fait évoluer nos sentiments."
Lily : "Foutaise ! J'ai vu la lueur dans vos yeux quand vous avez tué ces Borgs sans hésiter. Ça vous faisait presque plaisir !"
Picard : "Comment osez-vous ?"
Lily : "Oh, ça va capitaine. Vous n'êtes pas le premier que ça défonce de commettre un meurtre, j'en ai vu des meurtres !"
Picard : "Allez-vous en !"
Lily : "Ou sinon ? Vous allez me descendre ? Comme vous avez descendu l'enseigne Lynch ?"
Picard : "Je ne pouvais éviter le pire !"
Lily : "Vous n'avez pas essayé ! Qu'avez-vous donc fait de vos sentiments si délicats ?"

Lily Sloane : "Le capitaine Achab doit courir droit sur sa baleine !"
Jean-Luc Picard : "Quoi ?"
Lily : "Vous avez bien des bouquins dans votre foutu siècle ?"
Picard : "Il ne s'agit pas de vengeance."
Lily : "Mensonge !"
Picard : "Non, il s'agit de sauver le futur de l'Humanité !"
Lily : "Faites exploser ce putain de vaisseau !"
Jean-Luc Picard explosant de colère : "Non ! Noooon !"

Jean-Luc Picard : "Je ne sacrifierai pas l'Enterprise. Nous avons fait trop de compromis dans le passé, trop battu en retraite. Ils envahissent notre espace et nous nous replions. Ils assimilent des dizaines de mondes et nous nous replions. Alors assez. Ils n'iront pas plus loin, je le jure ! Cette fois-ci ils n'avanceront plus ! Et là, ils vont payer le prix pour tout ce qu'on a subit !"

Jean-Luc Picard : "Demande d'autodestruction sur autorisation Picard 4-7-Alpha-Tango."
Beverly Crusher : "Ordinateur, Commander Crusher, confirme auto-destruction sur autorisation Crusher 2-2-Beta-Charlie."
Worf : "Ordinateur, Lieutenant-Commander Worf, confirme autodestruction sur autorisation Worf 3-7-Gamma-Echo."
Ordinateur : "Autorisation acceptée. En attente du code final pour déclenchement autodestruction."
Picard : "Ici le capitaine Jean-Luc Picard, séquence de destruction Alpha-8, 25 minutes sans compte-à-rebour. Enclenchement."
Ordinateur : "Autodestruction dans 25 minutes sans compte-à-rebour."
Dr Crusher : "C'est terminé pour l’Enterprise-E."
Picard : "On ne l'aurons pas eu longtemps !"
Dr Crusher : "Vous croyez qu'il sera remplacé ?"
Picard : "Il y a beaucoup d'autres lettres dans l'alphabet."

Data : "Elle [la Reine Borg, ndlr] m'a rapproché de l'humain, plus que je ne pensais possible... Pendant un temps j'étais tenté par son offre."
Jean-Luc Picard : "Combien de temps ?"
Data : "Zéro point soixante-huit secondes. Pour un androïde, c'est presque une éternité."

Lily Sloane : "Je vous envie, de ce siècle où vous allez."
Jean-Luc Picard : "C'est moi qui vous envie, de vivre comme des pionniers cette grande aventure qui vous attend."

Jean-Luc Picard : "Monsieur Data, tracez un cap vers le 24ème siècle. Je soupçonne notre futur de nous attendre avec impatience !"
Data : "Cap enregistrée monsieur."
Jean-Luc Picard : "Qu'il en soit ainsi."

Sources : Wikipédia et Memory-Alpha.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload