Star Trek III : 35 ans déjà !

 

Aujourd'hui, 1er juin, nous fêtons les 35 ans du films Star Trek III : À la Recherche de Spock, sorti dans les salles américaines le 1er juin 1984.

Voici le synopsis du film :

De retour sur Terre au spatiodock, après la terraformation de la planète Genesis et le sacrifice de Spock, l'amiral Kirk apprend que l’U.S.S. Enterprise NCC-1701 va être retiré de la flotte après 40 ans de bons et loyaux services. L'équipage, profondément marqué par la disparition de Spock, comme l'évoque le poignant éloge funèbre, sera probablement réaffecté sur d'autres vaisseaux.

L'ambassadeur Sarek, le père de Spock, annonce à Kirk que son fils ne se serait pas laissé mourir sans transmettre son âme, le Katra, fût-ce à un humain. Grâce à la fusion mentale, le Vulcain découvre que Kirk n'est pas le dépositaire de l'esprit de son ami. En fait, c'est le docteur McCoy qui abrite l'âme de Spock ce qui expliquerait le comportement étrange du médecin depuis leur retour de Genesis.

Kirk n'obtient pas l'autorisation de Starfleet pour sauver ses deux amis, Spock qui ne serait pas « totalement » mort et McCoy qui risque de tomber dans la folie, car la planète Genesis est placée en quarantaine donc zone interdite. 

Cette prudence semble justifiée, car un commandant Klingon, Kruge, se montre particulièrement intéressé par Genesis, persuadé que la technologie ayant permis de la rendre vivable peut servir d'arme.

Pendant ce temps, l'U.S.S. Grissom NCC-638, le seul vaisseau autorisé par Starfleet à s'approcher du nouveau monde repère une masse métallique. Il s'agit de la torpille à photons ayant servi de sarcophage pour Spock. Des signes de vie animale sont détectés à proximité du cylindre qui s'est posé en douceur sur la planète. David, le fils de Kirk et créateur du programme Genesis se téléporte à la surface de Genesis en compagnie du lieutenant Saavik pour en découvrir la source. En plus d'un microbe ayant exagérément évolué, les deux scientifiques découvrent que le cercueil ouvert de Spock ne contient que sa tunique funéraire. Un peu plus loin, un cri attire leur attention.

Avec l'aide de ses fidèles compagnons, Uhura, Scotty, Sulu et Chekov, Kirk vole l' Enterprise pour aller chercher le corps de Spock sur la planète Genesis et le ramener avec McCoy au Mont Seleya sur Vulcain. Uhura envoie « dans le placard » le contrôleur de dock afin de libérer l'Enterprise et Scotty ira jusqu'à saboter l'U.S.S. Excelsior NCC-2000 qui doit prendre l'Enterprise en chasse.

Ceci, pendant que David et Saavik découvrent que l'effet Genesis a régénéré les cellules de Spock qui se retrouve âgé, à ce moment, entre 8 et 10 ans de vie terrestre. Puis l'U.S.S. Grissom est détruit par l'Oiseau-de-proie commandé par Kruge.

Toutes les anomalies qui se produisent sur la nouvelle planète sont dues à l'utilisation de la protomatière, illégalement, utilisée par David. À cause de ce produit instable, Genesis vieillit par à-coups, et Spock avec elle. Ainsi, Saavik doit aider l'adolescent à passer le Pon Farr, cette pénible fièvre sexuelle qui assaille, tous les sept ans, les Vulcains mâles.

Lorsque l'Entreprise arrive, trop tard, sur les lieux du drame, il est incapable de tenir tête dans un combat contre le vaisseau Klingon. Kirk joue alors de son célèbre « bluff » afin de déstabiliser Kruge. Subtilement, ce dernier joue avantageusement sa partie... D'abord en ayant capturé Saavik, Spock et David ; puis en tuant ce dernier qui se sera sacrifié à la fois pour sauver les Vulcains et « payer » pour ses erreurs reliées à l'expérience truquée de Genesis.

Kirk, est acculé à auto-détruire son vaisseau afin de, comme le dira McCoy : « transformer la mort en une chance de vivre ». En effet, après une lutte acharnée sur la planète qui se meurt, Kirk retourne la situation et fuit Genesis avec son équipage, Saavik et Spock, à bord de l'Oiseau-de-proie de Kruge. Kruge, qui aura payé de sa vie cet entêtement à tant vouloir obtenir le secret de Genesis.

Le film se termine sur la « résurrection » de Spock au cours de le cérémonie du Fal-Tor-Pan. Kirk aura payé un lourd tribut pour remplir son devoir vis-à-vis de son ami : Il aura perdu son fils et son astronef ; de plus, en désobéissant à sa hiérarchie, il sera devenu un déserteur de Starfleet. Pourtant, lorsque Sarek le lui fait remarquer, Kirk se contentera, avec toute la sagesse des héros, de lui répondre : « Si je ne l'avais pas fait, c'est mon âme qui serait morte. »

Star Trek III est la suite directe de Star Trek II : La Colère de Khan. Cette suite est réalisée par Leonard Nimoy, l'inoubliable Monsieur Spock, avec un scénario signé Harve Bennett et un musique de James Horner.
Le film obtient un succès commercial mitigé, il rapporte 87 millions de dollars au box office mondial.

Edward James Olmos était le choix original de Leonard Nimoy pour le rôle de Kruge. Cependant, Harve Bennett lui préfère Christopher Lloyd.
Kirstie Alley, qui incarnait Saavik dans Star Trek II : La Colère de Khan, n'a pas voulu reprendre le rôle, par peur d'être cataloguée. Leonard Nimoy rencontre alors Robin Curtis, qui est engagée le lendemain.

Durant le tournage dans les Paramount Studios, un important incendie s'est déclaré. William Shatner aurait sauvé de nombreuses personnes avant l'arrivée des secours selon les témoins.

Originellement, les ennemis de l'équipage de l'Entreprise devaient être des Romuliens, mais le studio Paramount pencha cependant pour des Klingons, plus connus du grand public. Problème, le vaisseau des méchants originels, les Romuliens, avait déjà été construit. Heureusement, la série télévisée avait déjà expliqué au fans que les technologies de deux peuples étaient très semblables.

La "voix" de l'ordinateur de bord de l'U.S.S. Execelsior n'est autre que celle de Leonard Nimoy, trafiquée pour l'occasion. 

Le nom de l’U.S.S. Grissom est un hommage à l'astronaute Virgil Grissom, mort au cours de la mission Apollo 1 en 1967

Répliques du film :

James T. Kirk parlant de l'Enpterprise : À quand la guérison complète ?
Montgomery Scott : Huit semaines, amiral. Mais puisque vous n'avez pas 8 semaines, pour je vous ferai ça en 2.
James T. Kirk : M. Scott, est-ce que par hasard vous multiplierez les estimations de durée de vos travaux par 4 ?
Montgomery Scott : Toujours oui. Comment conserverais-je ma réputation de faiseur de miracles sans ça ? 
James T. Kirk : Votre réputation est assurée, Scotty. 

Uhura - Tandis que tous découvrent l'USS Excelsior : Regardez-moi ça.
James T. Kirk : Mes amis, la grandiose expérience... l'Excelsior, prêt pour ses vols d'essai.
Hikaru Sulu : Il est censé être doté d'un moteur de transdistorsion.
Montgomery Scott : Ouais. Et si ma grand-mère avait des ailes, ce serait sûrement un oiseau !
James T. Kirk : Allons, allons, M. Scott. jeunes esprits, nouvelles idées. Soyez tolérants.

James T. Kirk - Il entre dans la cellule de McCoy et lève la main avec l'annulaire et l'auriculaire écartés des autres doigts, selon le salut vulcain : J'ai combien de doigts levés ?
Leonard McCoy : Ce n'est fichtrement pas drôle.
James T. Kirk : Votre sens de l'humour est de retour.
Leonard McCoy : J'espère bien ! - Kirk sort un hypospray de la poche de sa veste - Qu'est-ce que c'est que ça ?
James T. Kirk : De la lexorine.
Leonard McCoy : De la lexorine ? Pour quoi faire ?
James T. Kirk : Vous souffrez d'une fusion mentale vulcaine, docteur.
Leonard McCoy : L'enfant de salaud à sang vert ! C'est sa revanche après toutes ces disputes qu'il a perdues !

Capitaine Styles de l'U.S.S. Excelsior : Kirk si vous faites cela, vous ne serez jamais plus aux commandes de rien !

Montgomery Scott expliquant comment il a saboté l'U.S.S. Excelsior : Plus la plomberie est délicate, plus elle est facile à boucher !

James T. Kirk : Ordinateur, séquence de destruction 1, code 1, 1-A.
Montgomery Scott : Ordinateur, Commandant Montgomery Scott, officier ingénieur en chef, séquence de destruction 2, code 1, 1-A, 2-B.
Pavel Chekov : Ordinateur, ici le commandant Pavel Chekov, officier scientifique, séquence de destruction 3, code 1-B, 2-B, 3.
Ordinateur : Séquence de destruction complétée et activée, en attente du code final pour le compte-à-rebours d'une minute.
James T. Kirk : Code zéro, zéro, zéro... destruction... zéro.
Ordinateur : Séquence de destruction activée.  

Sources : Wikipédia et Memory Alpha.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload